Sebastian DELGADO, Baryton

Né à Marseille, Sébastian Delgado effectue un cursus universitaire en lettres modernes et commence ses études de chant, en 2007, au Conservatoire de Marseille, dans la classe de Claude Meloni.

Il aborde la scène en 2008, dans le cadre de ses études au CRR de Marseille, en chantant le rôle de Gustave (Le pays du sourire de Lehar) et de Jupiter (Orphée aux enfers d’Offenbach).

En 2009, il rencontre Marcin Habela et intègre sa classe au Conservatoire de Lyon (cycle CEM et DEM). Cette même année, il est Simone dans La Finta Semplice de Mozart.

Puis il approfondit le répertoire contemporain, en étant John dans une version courte du Consul de Menotti, au Musée Gallo-Romain de Lyon et en 2010, il participe à la création de L’Enfant et le coquillage de Damien Nédonchelle et de Monique Lermusiaux au Théâtre des Célestins à Lyon dans le rôle du Père.

En 2011, on lui confie les rôles de Pausanias (Une éducation manquée de Chabrier) et du Père (La Poule Noire de Rosenthal) à la salle Molière à Lyon.

En 2012, il interprète Guglielmo (Cosi Fan tutte de Mozart) au Théâtre de la Solitude, à Lyon.

On peut également l’entendre en Oratorio, où il chante les parties de Baryton du Requiem de Fauré et du Stabat Mater de Haydn, du Beatus Vir de Vivaldi (Eglise du Sacré-Coeur à Marseille), et chante le rôle de Simon dans Die Jahreszeiten de Haydn.

En 2012, le CNIPAL lui offre l’opportunité de participer à Die Fledermaus de Johann Strauss où il interprète Blint sur les scènes des opéras d’Avignon et de Marseille (Direction : Samuel Jean, Mise en Espace : Charles Roubaud). Toujours avec le CNIPAL, il participe, dans le cadre de la Fête de la Musique, au spectacle lyrique Dans le Salon de Mr Puccini, au Théâtre d’O à Montpellier.

Sébastian Delgado est Pensionnaire au CNIPAL pour la saison 2012-2013.

En septembre 2013, il est MacHeath dans Die Dreigroschenoper de Kurt Weill dans une tournée à Genève et en Suisse.

A la même date, il intègre la Haute école de musique de Genève dans la classe de Maria Diaconu.

 

 

Les commentaires sont fermés