le concert impromptu

 

site du Concert impromptu

écoutez le Trio Impromptu : la nef des fous de Bossini

[dewplayer:../wp-content/uploads/2012/05/BOSSINI-Nef-des-Fous.mp3]

La   Marelle Musicale ou l’éloge de la complicité

Jeune public (7>12 ans) / Tout public

Cette fantaisie musicale en direction du jeune public a de quoi séduire aussi les adultes. Le jeu par cœur qui permet de s’échapper de la règle apparente en créant de nouvelles situations visibles ou invisibles, et le répertoire qui oscille entre baroque et XXème siècle contribuent à « Un moment de musiques étonnantes à découvrir » dixit Frédéric Lodéon de France Inter.

Ce spectacle est par ailleurs au programme des Jeunesses Musicales de France depuis 2 saisons. G.B

 

Sur une scène inspirée par les expériences de l’Oulipo, le fameux et secret OUvroir de LIttérature POtentielle où l’on compte notamment Raymond Queneau, George Perec et Italo Calvino, le concert impromptu ouvre et joue cette Marelle Musicale qui mène de la terre au ciel, de Antonio Vivaldi à Elliott Carter.

Cette Marelle Musicale, extrapolation de nos cours de récréation, dessine des trajectoires, des perspectives et des espaces où les musiciens rencontrent différents instruments et consignes : pour déployer un jeu musical et gestuel qui n’a rien d’improvisé.

Car règle du jeu et jeu sur la règle font partie des fondements de la musique où se mêlent la fantaisie sur la contrainte stricte du contrepoint, où s’échappent du thème quantité de variations…

Oulipienne et néanmoins impromptue, cette démarche revisite le « complex » qui mène de la complexité à la complicité en croisant l’inventivité de ses interprètes et la perspicacité de leur public.

Dans cette marelle, le jeu par cœur permet de s’échapper de la règle apparente en créant de nouvelles situations visibles ou invisibles, audibles ou muettes sur une scène oulipienne : réglée et organisée géométriquement.

Ces nouvelles obligations ordonnent musique et espace en une partie de musique et de danse autour du Trois : de la sonate en trio, du 1 (Solo), du 1+1 (Duo), du 2+1 (Trio). Ces jeux produisent la destruction et la reconstruction du sens, l’apparition d’autres sons, d’autres sens, pour une scène musicale intrigante et complice.

 

Interprètes

Yves Charpentier, flûte et direction artistique

Yves Charpentier, premier prix de virtuosité, premier nommé, au Conservatoire supérieur de Genève, a été marqué par sa rencontre avec de nombreux artistes : peintres, sculpteurs, poètes, compositeurs.

Il fonde le concert impromptu en 1989 dont il est le directeur artistique. Il y développe son esprit créatif et son imaginaire enrichis par ses lectures poétiques et philosophiques.

Tanjia Muller, flûte, accordéon, violoncelle

Tanjia Muller étudie la flûte au Conservatoire de Bienne et de Lausanne. Après les Diplômes de maître de musique et d’enseignement de la flûte, elle obtient un Diplôme supérieur de flûte puis un Diplôme de virtuosité. Elle partage son activité professionnelle entre l’enseignement de la musique et de la flûte, ainsi que la pratique de la musique de chambre avec l’Ensemble Tetraflûtes de Genève.

 

Jean-Christophe Murer, clarinette, clarinette basse

Très tôt, Jean-Christophe Murer décide de se consacrer entièrement à la musique. Après une licence en musicologie à l’Université de Strasbourg en 1990, il entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon dans la classe de Jacques di Donato. Son diplôme en poche, il rejoint le concert impromptu en 1996 auquel il se consacre notamment en réalisant des transcriptions et arrangements pour le quintette, de Debussy à Gil Evans en passant par Abed Azrié.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *